Nos priorités

Nos propositions pour la France et l'Europe

Démocratie et citoyenneté

Diagnostic

Au fil des années, la confiance dans nos institutions et dans les hommes qui  les incarnent s’est considérablement effritée. En témoignent l’abstention qui progresse scrutin après scrutin dans toutes les élections, les interrogations nombreuses sur le rôle des assemblées parlementaires, ou encore l’impression très souvent exprimée à l’occasion du Grand Débat national qu’un fossé se creuse entre le peuple et ses représentants, à l’exception peut-être des élus locaux.

Le sentiment de défiance à l’égard des élus est important. Les élus locaux échappent, en partie, à ce sentiment, car ils sont plus proches des gens et de leur quotidien. »

Catherine Morell Sampol, 24 février 2019

Cette défiance trouve ses origines dans la perception d’une classe politique arc-boutée sur des privilèges indus. Les Français aspirent à une vie politique moralisée. Si certaines avancées ont été inscrites dans les lois « Confiance » portées par François Bayrou, le sentiment d’un déficit d’exemplarité persiste.

On aimerait que nos élus aient un comportement digne : étude sérieuse des dossiers ; l’Assemblée nationale n’est pas un théâtre, le respect est indispensable, l’opposition systématique est déplorable, de même que la politique politicienne. »

Joseph Duboeuf, 2 mars 2019

Les Français ne se désintéressent pas pour autant de la politique, bien au contraire. La forte participation au Grand Débat national a révélé un désir puissant de participation citoyenne à la délibération et à la décision à tous les niveaux de la vie publique.

Des réformes de fond, indispensables (…) ne pourront se réaliser qu’à travers l’adoption d’institutions plus participatives et démocratiques.  »

YB, 23 février 2019

Retour

Filtrer par