Portrait de candidat - Mohamed Laqhila : Aix sans frontières

Mohamed Laqhila

Mohamed Laqhila est député de la 11e circonscription des Bouches-du-Rhône. Il est également candidat à l’élection municipale de 2020 à Aix-en-Provence. Portrait.

Mohamed Laqhila se qualifie volontiers d’« homme de projets », de « libéral solidaire », façonné par la « liberté d’entreprendre ». Il quitte à l’âge de 10 ans le Maroc et Oulmès, le village du Moyen-Atlas qui l’a vu naître, pour rejoindre - avec sa mère et ses 3 frères et sœurs - son père, ouvrier maçon, en France, dans les Hautes-Alpes. Élève sérieux et travailleur, il arpente les chantiers de son père et se rêve un avenir moins rude. « Sur les chantiers, il n’y en avait qu’un qui était un peu plus propre que les autres, c’était l’architecte. Alors, j’ai voulu devenir architecte. Mais j’étais nul en dessin », s’amuse-t-il, en replaçant la veste de son élégant costume complet. Ramasseur de fraises, aide garagiste, saisonnier, pâtissier : « j’ai fait tous les métiers d’été », ajoute-t-il. Il se lance finalement dans des études pour devenir expert-comptable, à Aix-en-Provence, car explique-t-il : « les études de comptabilité sont structurées à la manière d’une ligne de bus : à chaque étape, un arrêt est possible, permettant de travailler ». Il poussera pour sa part jusqu’à un doctorat en « monnaie, banque et finances ».

Le député n’emploie pas un seul instant le terme « méritocratie » en racontant son parcours qui pourtant pourrait en être l’étendard. Il ne donne pas non plus son âge (il a la petite soixantaine), soulignant « qu’on a l’âge de ses projets ». Et la politique en a été un dès que son entreprise fut suffisamment installée dans la métropole Aix-Marseille-Provence.

Deux options, regarder le match ou le jouer : j’ai choisi d’entrer en politique ! Mohamed Laqhila

Il se lance à Marseille, à l’aube des années 2000, « car à l’époque l’iniquité dans la gestion des quartiers y était criante. Et comme dans la vie il n’y a que deux options, regarder le match ou le jouer: j’ai choisi d’entrer en politique ».

Sensible à la question environnementale, il devient maire adjoint du 7e secteur de Marseille dès 2002, sous l’étiquette des Verts. Il y mène son mandat et rejoint le Mouvement Démocrate de François Bayrou « ni de gauche, ni de droite, capable d’adopter une idée d’où qu’elle vienne - tant qu’elle est bonne », dès sa création en 2007.

Il y vit 10 ans de militantisme, en tant que trésorier du MoDem des Bouches-du-Rhône, sans chercher à obtenir un mandat d’élu. Il s’investit en parallèle dans la « politique professionnelle », prenant la tête d’un syndicat d’experts-comptables. Jusqu’à ce qu’on le contacte aux élections législatives de 2017 pour une alliance MoDem-LREM, dans une circonscription* que nombreux disaient imprenable : « J’ai dû préparer ma femme et mes fils à l’idée que j’allais gagner », rappelle-t-il, amusé. La forteresse cède. Mohamed Laqhila est élu député.

Sa circonscription est un échantillon de la société : « zone commerciale, zones rurales et urbaines, quartiers ». Chaque jour, dans sa permanence, s’invitent des problématiques d’Aix-en-Provence et de sa périphérie. Cela dépasse l’ultra-centre historique, majestueux et cossu, connu du grand-public et « replié sur lui-même ». Il voit Aix-en-Provence comme une partie d’un ensemble plus large – « non comme un village isolé de sa périphérie et de la métropole. La ville doit s’inscrire dans une logique d’union et de développement ».

Le projet de Mohamed Laqhila pour Aix-en-Provence : « Imagine Aix »

Le désir de faire d’Aix-en-Provence, une ville plus ouverte à sa région et au monde, germe dès l’automne 2018. Il se déclare alors candidat à l’élection municipale de 2020.

« Aix-en-Provence est une ville qui rayonne et doit continuer à rayonner par sa culture. » Mais c’est aussi une ville aux nombreuses problématiques écologiques, économiques et sociales.

Le centre-ville à sa propre logique, ses propres enjeux. Le prix au mètre carré peut y atteindre 10 000 euros, des prix aussi hauts que Paris. « Bien sûr, cela génère un problème de logement auquel il faut répondre ». Il compte appliquer la loi avec 25% de logements sociaux, utiliser l’organisme foncier solidaire - pour aider les jeunes à devenir propriétaires - et reconstruire sur la ville, là où c’est nécessaire, pour remplacer les logements insalubres.

L’été, le centre historique minéral étouffe de chaleur. Mohamed Laqhila propose d’étendre la circulation piétonne au Cours Sextius, l’une de ses principales artères, en la transformant en « rambla » végétalisée et rendant à cette ville d’eau ses fontaines aujourd’hui à sec. « Il y a également un enjeu de mobilité pour qu’Aix respire. Car la ville est traversée, en périphérie, par deux autoroutes que je propose d’enterrer. Dans son centre, je souhaite multiplier les navettes électriques et développer la circulation à vélo. »

Le projet de Mohamed Laqhila, seul candidat entrepreneur à Aix-en-Provence, porte également sur l’économie. Il souhaite actionner tous les leviers locaux possibles pour apporter une stabilité fiscale aux entreprises, afin de favoriser l’emploi.

Enfin, « et on l’oublie souvent, Aix-en-Provence n’est pas qu’un petit Paris. Cette ville a des quartiers pauvres. Et il ne doit plus y avoir d’aixois de première et de seconde zone », insiste Mohamed Laqhila. Il souhaite favoriser la création d’emplois dans ces secteurs, intensifier la mobilité pour désenclaver les quartiers et restaurer la sécurité, en commençant par la réduction des incivilités.

A la question : comment voyez-vous Aix-en-Provence dans 6 ans ? Il répond survoler régulièrement la région à bord d’un coucou, depuis qu’il a obtenu son brevet de pilote : « et quand on prend un peu de hauteur, on a une autre vision du monde. Je vois Aix rayonner, sans frontières ».

* la 11ème circonscription comprend le canton d'Aix-en-Provence-Nord-Est pour la partie comprenant la portion de territoire de la commune d'Aix-en-Provence délimitée, au nord, par la voie ferrée entre le passage à niveau de La Calade et la limite de la commune de Venelles, à l'est, par la limite de la commune de Venelles, l'autoroute A51, la route de Sisteron, l'ancienne route des Alpes jusqu'à la limite du canton d'Aix-en-Provence-Centre, au sud, par la limite du canton d'Aix-en-Provence-Centre, à l'ouest, par la limite du canton d'Aix-en-Provence-Sud-Ouest, le canton d'Aix-en-Provence-Sud-Ouest (sauf commune de Meyreuil), le canton des Pennes-Mirabeau.

Thématiques associées

Je reçois la lettre d'information du Mouvement Démocrate

Engagez-vous, soyez volontaires

A nos côtés, vous serez un acteur de nos combats pour les Français, pour la France et pour l'Europe.

Chaque engagement compte !

Votre adhésion / votre don

Valeur :

Coût réel :

20 €

6,80 €

50 €

17 €

100 €

34 €

Autres montants

Qu'est ce que la déclaration fiscale sur les dons ?
Filtrer par