Vous pouvez visualiser l'intégralité de ce message en suivant ce lien
DECEMBRE 2012

Chers amis,

Donner du sens !
C'est tout l'enjeu de la Politique au sens noble du terme.

Aujourd'hui, c'est souvent la confusion qui règne dans le paysage politique ce qui éloigne un peu plus chaque jour les citoyens de l'action publique.

Il nous a donc semblé utile au terme de cette année 2012, de vous proposer une action militante originale et pleine de sens, conçue par Pierre touzel (président MoDem Canada) et Olivier Nataf (vice-président MoDem USA). Il s'agit de la campagne « les mots ont un sens ». Vous trouverez tous les éléments dans la rubrique « bonnes pratiques », utilisez chaque support proposé pour créer du débat, engager une réflexion...Ces mots sont les nôtres, ils sont nos fondements . Réappropriez-vous les ! Imprégnez-vous-en ! Déclinez-les sous toutes leurs formes !

Donner du sens à l'action politique, et faire de l'intérêt général le pivot de toute action, c'est aussi le quotidien de nos élus de terrain. Nous avons souhaité vous faire partager le témoignage de plusieurs d'entre eux, au travers des rubriques « portraits » et « questions de terrain ».

De l'action, du sens, des compétences, de l'optimisme .

La meilleure des façons pour terminer 2012 et préparer 2013 !

Christine Espert
Secrétaire générale adjointe



Suivez l'actualité

Mouvement Démocrate :


François Bayrou :



Ont participé à la rédaction
Daphné Ract-Madoux, Maud Gatel, Erwan Balanant, Pierre Braun, Christophe Grudler, Nicolas Schmit, Christine Espert

Interview de Jean-Christophe Loric, conseiller général de la Somme, sur la permanence des soins en zone rurale.


Pourquoi avez-vous souhaité nous parler de la suppression des médecins de nuit dans votre département ?

L'agence Régionale de Santé de Picardie a décidé de supprimer les gardes de nuit des médecins généralistes entre minuit et 8h, sans véritable concertation, et en renvoyant les patients vers les urgences. Cela dégrade considérablement l'offre de soin surtout en milieu rural, et engorge un peu plus des urgences déjà surchargées. Ce sujet est un bon exemple d'une décision prise en douce par une administration pour des raisons comptables, que seule une mobilisation très large peut parvenir à contrecarrer. Je pense que c'est le rôle de notre mouvement d'être à l'avant-garde sur ce type de problèmes concrets.

Quel a été le déclencheur de votre action ?

Une affichette annonçant la décision était épinglée dans la salle d'attente de mon médecin généraliste. Au cours de la consultation, il me dit "Tu te rends compte, c'est dans une semaine, et personne ne bouge. Personne n'est au courant". Devant sa consternation, j'ai proposé d'alerter les médias. Quelques jours plus tard, après avoir creusé le dossier, j'ai fait venir un journaliste du Courrier Picard, principal quotidien régional. Ravi de découvrir ce scoop, le journaliste a obtenu de faire la une du journal avec ce sujet le jour de la mise en oeuvre de la réforme de l'ARS (Agence Régionale de Santé).

Quelles ont été les conséquences de cet article ?

Le matin même, France Bleu m'appelait pour me faire réagir, comme élu ayant donné l'alerte. Dans l'après-midi, France 3 venait m'interviewer pour passer au 19-20. J'avais également pris soin de créer une pétition sur internet, relayée par facebook. Les médecins urgentistes ont été ravis de mon initiative, ont fait circuler la pétition qui a récolté plus de 600 signatures en quelques jours, ils ont formulé leurs revendications dans une lettre adressée au directeur de l'ARS. J'ai moi-même repris ce texte et l'ai soumis au vote de mes 45 collègues du Conseil Général. Ce voeu a été adopté à l'unanimité et sera envoyé au directeur de l'ARS ainsi qu'à la ministre de la Santé.

Qu'est-ce que cette mobilisation a permis d'obtenir ?

Tout d'abord, de faire connaître le problème à tous les acteurs. Ensuite, l'ARS, devant la pression ainsi exercée, a demandé à l'Ordre des médecins de lui faire une autre proposition d'organisation des gardes de nuit. Nous avons donc bon espoir que les demandes des élus, de la population, des généralistes et des urgentistes soient mieux prises en compte. Pour notre mouvement et nos militants, nous avons montré que nous étions réactifs et efficaces pour traiter les problèmes du quotidien de la population. Notre position auprès de l'opinion mais aussi au sein du Conseil Général s'en trouve renforcée.
Concernant la proposition de la ministre de la santé qui est de garantir un salaire fixe aux jeunes médecins qui s'installeraient en zones rurales sous dotées, quel est votre point de vue ?
Je suis favorable à la création de pôles de santé dans les milieux ruraux. je ne suis pas convaincu que le "salaire minimum" soit si efficace, par contre si on créait un vrai corps de médecins salariés on pourrait les obliger à s'installer directement dans les déserts médicaux.

Eléments relatifs aux actions portées par Jean-Christophe sur ce sujet :
Presse, pétition et motion votée au conseil général :



Vous pouvez suivre la mobilisation sur mon compte Facebook
et signer la pétition en ligne "Non à la suppression de nos médecins de Nuit".

Reportage de France 3

Une du Courrier Picard "Toute une nuit sans mon toubib"

Article :
voeu adopté à l'unanimité au conseil général de la Somme

Entretien avec Nicolas Schmit , maire adjoint Épernay, au sujet de l’hommage rendu à Bernard Stasi.

Récemment à Châlons-en-Champagne, un hommage a été rendu à Bernard Stasi, figure emblématique de notre famille politique, décédé le 4 mai 2011. L'espace Bernard Stasi a été inauguré devant l'Hôtel de Région par Bruno Bourg-Broc, Maire de Châlons-en-Champagne, et Jacques Barrot, membre du Conseil constitutionnel. Nicolas Schmit (maire-adjoint d'Épernay), pouvez-vous nous rappeler les grands combats politiques menés par Bernard Stasi ?

Bernard était un homme de conviction ! Il a su prendre des positions qui transcendaient les clivages et, dans une recherche constante du consensus, jeter des ponts entre la droite et la gauche : « Il ne peut y avoir de transformation pacifique de la société dans un pays où s'affrontent deux camps irréductibles», aimait-il souvent rappeler. Homme d'écoute et de dialogue, croyant convaincu, il fut en 2004 l'auteur d'un rapport sur l'application du principe de laïcité dans la République qui fait toujours référence aujourd'hui. Il contribua à fonder la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (HALDE) et exerça la belle fonction de Médiateur de la République de 1998 à 2004, lui qui tenait si fortement aux valeurs républicaines.

Homme de courage, il a subi le sort de ceux qui ont raison trop tôt et qui préfèrent l'honneur à la victoire. La condamnation, en 1973, du coup d'Etat de Pinochet lui coûta son poste de ministre des DOM-TOM ; son vote en faveur de la loi Évin limitant les publicités pour l'alcool lui fit perdre son siège de député d'un territoire viticole. Toute sa vie, il lutta sans aucune concession contre les idées de l'extrême-droite et les tentations xénophobes. Européen de culture, il n'avait de cesse de répéter que le salut de la France passerait par une plus grande solidarité européenne. Tenant d'un centrisme indépendant de la droite et de la gauche, il disait en 2007 : « il m'est toujours apparu comme une évidence que les problèmes les plus difficiles imposent la recherche obstinée d'un consensus. Ce qu'il faut pour la France, ce sont des majorités de conviction ». A cet égard, sa parole est plus que jamais d'actualité. Il reste un phare pour les centristes d'aujourd'hui.

Retour au sommaire

Ils sont les femmes et les hommes du mouvement, élu-es ou citoyen-nes engagé-es ils font le mouvement dans les territoires. Tous les mois nous leur donnons la parole.

Engagements :
vice-président du Mouvement Démocrate USA (Philadelphie)

Olivier Nataf

Olivier, vous vivez et travaillez aux États-Unis, pouvez-nous raconter votre parcours de militant ?

J'y suis venu récemment. J'ai voté pour la première fois en 1995, et me souviens de la frustration devant le choix que nous avions à l'époque. Je me souviens également de 2002 et de la réflexion que je m'étais faite en écoutant le candidat François Bayrou: « eh bien voila: il dit exactement ce que je pense! ».

C'était l'année de ma première embauche, et je suis resté très concentré sur le démarrage de ma carrière. Je n'ai eu ni la présence d'esprit ni le courage d'autres jeunes que je vois maintenant œuvrer : je ne me suis pas engagé.

J'ai déménagé à Chicago en 2006, toujours le nez dans mon travail, mais un jour de janvier 2007 avec mon fils de dix jours dans les bras, j'ai vu en direct à la télévision la déclaration de ce jeune Sénateur de l'Illinois (NDLR-Barack Obama) qui annonçait son entrée dans la course présidentielle.

Assister au défi improbable et courageux que cet homme se lançait sous mes yeux a provoqué une prise de conscience déterminante. Je me suis donc activement engagé dans cette campagne dès la primaire et jusqu'au bout. J'ai également participé cette année, par le biais de mon épouse qui est devenue Neighborhood Team Leader dans notre nouvelle ville de la banlieue de Philadelphie, où nous habitons maintenant.

Dans la lancée de cet engagement politique, et ayant été le témoin d'un bipartisme qui paralyse complètement les institutions américaines, je décidai de passer du statut de sympathisant à adhérent et militant du Mouvement Démocrate pour aider à ce que la France ne s'enferme pas dans ce malheureux chemin.

J'ai contacté Franck Barrat, élu MoDem de l'Assemblée des Français de l'Etranger (AFE), et avec un groupe de Français du Canada et des Etats-Unis, nous avons créé Les Démocrates d'Amérique du Nord (www.lesdemocratesameriquedunord.com). Nous nous sommes donc lancés dans le soutien local de la campagne de François Bayrou et de celle de Carole Granade pour les législatives dans notre nouvelle circonscription de Français résidant à l'étranger.

Suite à cette période électorale, je reste très motivé notamment devant la démagogie de la campagne présidentielle qui a allègrement ignoré un sujet qui aurait dû être central: l'avenir de l'Europe. Ce sera mon prochain engagement, en travaillant avec l'équipe des Démocrates d'Amérique du Nord mais aussi au sein de la nouvelle Fédération des Français à l'Etranger du MoDem (FFE-MoDem, www.ffe-modem.org) qui vient d'être créée en particulier grâce à des gens comme Mathieu Baudier (Allemagne), Mathieu Camescasse (Angleterre), et beaucoup d'autres que je suis désolé de ne pas nommer.

Olivier, revenons en quelques lignes sur la réélection de Barack Obama. Comment avez-vous vécu cette campagne et cette victoire du parti démocrate qui est, rappelons-le, partenaire avec le mouvement démocrate ?

Merci de rappeler ce partenariat notamment à travers the Alliance of Democrats que François Bayrou, Francesco Rutelli et Ellen Tauscher, qui est Secrétaire d'Etat dans le ministère d'Hillary Clinton, ont créé. J'espère que ce groupe/think tank reprendra de l'activité et que nous pourrons le soutenir depuis l'étranger. La réélection de Barack Obama a été un soulagement, mais pas une surprise. Il reste le Président qui a le meilleur bilan de ces années de crises sur le plan de la création d'emplois, tout en étant insuffisant, ou de réformes comme celle du système de santé, sans parler de son action sur le plan de la lutte contre le terrorisme. De plus, son charisme exceptionnel continue à faire la différence, en particulier face à un Mitt Romney qui n'est pas parvenu à bousculer son image de millionnaire vivant hors de la réalité, et a démontré une capacité ahurissante à dire une chose et son contraire au fil de temps, et mettre les pieds dans le plat à répétition. Je pense qu'il a été confronté à un lourd problème de confiance et de légitimité, qu'il croyait sans doute dépasser par le rejet d'Obama, qui n'a pas eu lieu. Le Président se retrouve malgré tout face à un nouveau blocage de la Chambre et du Sénat sur les mesures nécessaires à la confirmation et l'amplification de la relance qu'il a amorcée. Il devra répondre à la question de comment travailler dans un esprit d'unité nationale, alors que les deux partis ne pensent qu'à marquer des points politiques. Ca vous rappelle quelque chose ? J'essaye de temps en temps d'écrire des billets sur ce qui se passe aux Etats-Unis, sur mon blog Des Mots Crates (www.desmotscrates.com).

Avec d'autres militants sur le continent américain vous êtes à l'initiative de l'opération « Les mots ont un sens », vous pouvez nous raconter l'histoire de cette campagne et les motivations qui vous ont conduit à produire cette action de communication ?

Dans les périodes de difficultés, je crois profondément aux idées simples, surtout pas simplistes, mais qui permettent un retour à l'essentiel et aux fondamentaux. Si je puis me permettre, j'ai souvent pensé au cours des années , qu'un des éléments qui pouvait être amélioré au MoDem était la stratégie et les techniques de communication interne et externe. Comme la communication est en quelques sortes mon métier, j'ai fini par rédiger « dix propositions pour le MoDem» que j'ai eu la chance de pouvoir discuter avec Christine Espert qui y a consacré beaucoup de temps et de considération. Parmi ces propositions, il y avait l'idée d'une carte d'identité pour réaffirmer les valeurs du MoDem qui tendent à être très largement galvaudées par les supporters du concept de « centre allié obligatoire de la droite », que je considère fumeux, ou encore par les autoproclamés humanistes de l'UMP. Quand on nous reproche de ne pas être clairs au sujet de notre positionnement, je trouve que c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité. Il faudra finir par appeler un chat un chat. Ceci étant dit, après avoir soumis cette idée au talent graphique de notre artiste du MoDem Canada Pierre Touzel (NDLR-président du MoDem Canada), et en collaboration étroite avec Christine et l'équipe terrain, cette idée a pris la forme de la mini-campagne web « les mots ont un sens ». J'espère qu'elle nous permettra à tous de réfléchir d'abord à la façon dont nous voulons être reconnus et perçus par les électeurs, et également de nous lancer dans la création d'outils dérivés, d'initiatives supplémentaires pour faire vivre et évoluer cette campagne institutionnelle venant du terrain, menée par les militants pour les militants, mais aussi pour tous ceux qui voudraient rejoindre ou soutenir le MoDem dans l'avenir. NDLR-les outils de la campagne « les mots ont un sens » sont disponibles dans la rubrique : « bonnes pratiques ».

Mandat:
Maire-adjointe à l'environnement - Cannes - Alpes-Maritimes

Pascale Vaillant

Vous placez les questions environnementales au cœur de vos problématiques politiques, vous pouvez nous retracer votre parcours politique ?

J'ai commencé ma vie politique chez les Verts au sein de l'opposition à Cannes sur une liste "Gauche plurielle et les Verts". En 2001, j'ai quitté ce groupe pour incompatibilité de valeurs : j'avais déclaré que je ne voterai jamais contre un projet, si je n'étais pas capable de faire un contre-projet. Or, paraît-il, quand on est dans l'opposition, "on doit s'opposer".

Après avoir quitté ce groupe j'ai pas mal travaillé à l'époque avec des personnes de l'UDF, elles aussi dans l'opposition à la droite. Ayant animé pendant 5 ans, une fois par mois, le "Café de la Démocratie", sur des thèmes de société, avec des associations locales et nationales, avec des artistes, poètes et écrivains, j'ai pu confronter mes idées à tout un panel de population sortant des lieux habituels des militants politiques. C'est donc tout naturellement que j'ai adhéré au Mouvement Démocrate entre les 2 tours de l'élection présidentielle en 2007.

Entre temps, les élus de l'UDF de Cannes sont tous entrés soit au Nouveau Centre, soit à l'UMP. Les militants sympas rencontrés au Café de la Démocratie, je les ai revus et retrouvés au MoDem des Alpes-Maritimes.

J'avais décidé en 2004 de faire une intervention écrite et/ou orale à chaque conseil municipal (1fois/mois) sur les Jardins Familiaux. Au bout d'un an et demi, le maire, B. Brochand (UMP) m'a donné un rendez-vous pour lui expliquer ce projet de Jardins. Nous avons travaillé ensemble sur le projet et nous nous sommes rapprochés. J'ai participé à l'élaboration du PLU, avec bien sûr, classement des arbres remarquables et parcelles de terrains réservées aux Jardins familiaux dans tous les quartiers.

En 2007, je suis entrée dans l'équipe majoritaire, où j'ai pu travailler avec nombre d'élus sur l'environnement (Agenda 21) et le social (logements et CCAS). Le 1er adjoint, David Lisnard m'a proposé un poste d'adjointe à l'environnement, que j'ai accepté sur mon programme : mise en place d'un Agenda 21, remise en agriculture d'une Vallée, la Vallée de la Siagne (75ha).

C'est plus simple de faire du développement durable au sein du MoDem plutôt que chez les Verts ?

Chez les Verts, on parle environnement mais le développement durable n'est pas vraiment une préoccupation. J'aime la démarche des Agendas 21 qui conjuguent très bien environnement, économie et social.

De toute façon, rester chez les Verts et être sur une liste "de Droite", est un motif d'exclusion immédiate !

J'ai été "choisie" par cette équipe parce que j'avais un "programme", des idées, et que je suis impliquée depuis longtemps sur le terrain dans toutes les associations d'environnement et d'éducation. J'ai été professeur en ZEP dans un quartier très populaire pendant 20 ans.

Maire-adjointe, déléguée à l'environnement, à la qualité de vie et à la protection du patrimoine naturel à Cannes, vous portez un projet ambitieux de reconquête de terres agricoles en plein cœur de ville. Expliquez-nous la démarche.

Mon action phare « De la Croisette à la Binette », c'est la réintroduction d'agriculteurs dans la Vallée de la Siagne qui était depuis toujours observée avec avidité par des promoteurs immobiliers et dont les terrains ont été rachetés par des investisseurs de centres commerciaux.

Mais la nature, par vengeance ou par sagesse, a inondé cette vallée et elle a été classée en Zone inondable.

Classée zone agricole par notre PLU (Plan Local d'Urbanisme), les terrains ont été progressivement rachetés à ces grands groupes par la ville (il reste encore des parcelles que nous essayons de reprendre avec la SAFER). Aujourd'hui, un projet sur l'ensemble des territoires est pris en compte par le SCOT (schéma de cohérence territoriale), pour un classement en trame Verte et Bleue. Nous venons de signer des baux environnementaux avec 4 agriculteurs : un maraîcher et producteur de fraises, un apiculteur, un producteur de spiruline et un producteur de graines germées.

Parallèlement, notre Agenda 21 se termine maintenant et nous en démarrons un nouveau, « Cannes 21.2 », avec une conception et un suivi participatif. J'ai ouvert 5 parcelles de terrains pour des Jardins familiaux (50 familles), j'ai créé un jardin partagé dans un quartier populaire, géré par la MJC, créé un « Potager des Femmes », avec l'association d'insertion « Parcours de Femmes », et aidé l'Office de l'Habitat pour la création de micro-parcelles au pied d'immeubles.

Les terrains de la Vallée ont presque tous été achetés par la ville, et 4 agriculteurs commenceront à les cultiver début 2013.

Nous ouvrirons en 2013 tout cet ensemble avec promenades, aires de pique-nique et 50 autres jardins familiaux. La phase suivante sera l'implantation d'une ferme pédagogique. Vous voyez, il reste du travail !


Retour au sommaire

Le Lab Démocrate

Ce mois ci, nous vous proposons 2 éléments de « bonne pratique », la première donne tous les éléments aux blogueurs (détenteurs de blogs) actuels et futurs pour gagner en efficacité et visibilité de leur blog avec pour objectif : enrichir le débat et partager des idées, des analyses en rejoignant la blogosphère « Le Lab Démocrate » !

> Télécharger la fiche

Les mots ont un sens

La seconde est l'action annoncée dans l'édito : « les mots ont un sens ».
Action remarquable, proposée par Pierre Touzel (président MoDem Canada) et Olivier Nataf (adhérent MoDem USA)...des outils à diffuser très largement, à utiliser pour susciter le débat et la réflexion dans les équipes, dans les cafés démocrates... Des mots qui font notre singularité et notre force ! À utiliser par tous et pour tous sans modération !

> Télécharger la fiche

Retour au sommaire

15 décembre - Languedoc-Roussillon



« médecine et société et les défis du 21ème siècle ! »



Le MoDem du Languedoc-Roussillon organise samedi 15 décembre à Castelnau-le-Lez (Hérault) une table ronde sur « Médecine et société : les défis du 21ème siècle »


Parmi les sujets abordés :

  • « Quelle médecine de terrain » par François Poulain, médecin généraliste
  • « Médecine hospitalière » - intervenant en attente de confirmation
  • « Médecine et bioéthique : un choix de civilisation » Alain Privat, professeur émérite à l'école pratique des Hautes Etudes, ancien directeur de recherche à l'Inserm.

En présence de Christine Espert secrétaire générale adjointe du MoDem.

Samedi 15 décembre de 18 à 20 h.
Palais des Sports Jacques Chaban Delmas -espace VIP- à Castelnau le Lez (Hérault)
La soirée se poursuivra par un repas, sur réservation.
Contact : Martine PLANE – 0663185774 / mart.plane@gmail.com

Télécharger l'invitation en cliquant ici

19 janvier 2013 - Champagne-Ardenne



« Nos communes, demain ? »

Thèmes abordés :
En présence de Marc FESNEAU, secrétaire général du Mouvement Démocrate

  • Quels choix d'avenir pour attirer des entreprises dans nos communes ?
  • Ateliers participatifs sur le thème : Nos communes, demain ? à travers les thèmes SANTE / CULTURE / TRANSPORTS / LOGEMENT / DEMOCRATIE LOCALE
  • De l'argent...mais pour quels projets de territoire, avec quels acteurs ?
  • Penser la Ville avec l'approche intégrée et en s'appuyant sur la démocratie locale...mission impossible?

De 9h30 à 18h30.
Maison des Syndicats à Châlons en Champagne - 1 place de Verdun.

Pour s'inscrire : cliquez sur ce lien

26 janvier 2013 - Languedoc-Roussillon



« L'économie solidaire et sociale, une économie alternative ou complémentaire des modèles classiques ? »

Le MoDem du Languedoc-Roussillon organise un forum sur "l'Economie Sociale et Solidaire, une économie alternative ou complémentaire aux modèles classiques". C'est une économie d'actualité, face aux impasses de certains modèles économiques dominants.
Une journée d'échanges et de débats ouverte à tous, en présence de responsables économiques et associatifs régionaux, et de Christine Espert, Secrétaire générale adjointe du MoDem.

Palais des Sports Jacques Chalban Delmas de 9 h 30 à 17 h 30
Espace VIP- à Castelnau le Lez (Hérault)
Contact : Martine PLANE – 0663185774 / mart.plane@gmail.com

Retour sur les événements passés



Essonne - Un colloque pour échanger sur l'avenir du département

Le colloque annuel de l'Essonne s'est tenu le 17 novembre dernier sur le thème « Quels services publics pour les essoniens ?»

Devant une salle studieuse et active, les participants ont échangé sur l'avenir des transports publics, le traitement de déchets, les services publics municipaux, l'éducation et la réforme scolaire ainsi que la santé. Les maires, sénateurs et experts ont ainsi animé le débat dans la perspective des prochaines échéances municipales.

Plus d'informations (synthèse, photos,...) cliquez sur ce lien



Arthenay - Troisième université démocrate du centre

Le 18 novembre 2012 au Musée du Théâtre Forain à Arthenay (45)

C'est devant plus d'une centaine de militants et sympathisants du MoDem et d'élus du Mouvement Démocrate que s'est tenue cette nouvelle Université Démocrate de la région Centre.
Il s'agissait d'un part de participer à un plan de formation en prévision des municipales de 2014, et d'autre part d'engager des débats par un travail en tables-rondes, où les intervenants ont pu exposer au public leurs idées et propositions pour améliorer la compétitivité de notre territoire et faire face à la crise de l'emploi dans notre région. Une deuxième séquence invitait à une réflexion sur la moralisation de la vie politique à l'occasion de la remise du rapport de la commission Jospin.
Face à de tels enjeux, la journée fut trop courte, et les échanges particulièrement riches. Toutes ces questions seront naturellement à nouveau à l'ordre du jour des prochains mois.
Lire l'intégralité du rapport de cette université rédigé par Fanny Siouville rapporteuse de la journée cliquez ici

Retour au sommaire

Une question ? Une idée ? Une remarque ?
Du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 14h à 18h :
Accueil téléphonique au 01 53 59 20 00
Accueil physique au 133bis rue de l'université, 75007 PARIS