Vous pouvez visualiser l'intégralité de ce message en suivant ce lien
NOVEMBRE 2012

Au travers de cette seconde lettre d'information vous aurez une très bonne illustration de l'activité de nos mouvements départementaux. Compte rendu des trois événements de Nancy, Lacanau et Cosne d'Allier, organisés par nos équipes locales, que je tiens à remercier, mais aussi échange autour des rythmes scolaires, ainsi que la qualité et la diversité des initiatives des prochaines semaines.

Vous découvrirez également deux personnalités actives de nos équipes locales, dont l'engagement profond est leur capacité à dépasser les clivages partisans pour faire avancer leur territoire...

Autant de points, qui montrent la mobilisation et les dynamiques à l'oeuvre au sein de notre Mouvement, qui mettent en évidence des talents à valoriser, ou mettent en lumière les propositions que nous avons défendues aux côtés de François Bayrou. Les derniers jours auront été en ce sens particulièrement révélateurs sur le diagnostic mais aussi sur les moyens de répondre à cette crise. Ils montrent également plus que jamais la nécessité de sortir des des postures, pour ensemble, redresser ce pays.

Bonne lecture.

Marc Fesneau
Secrétaire Général


Le ministre de l'éducation Vincent Peillon a relancé à la rentrée le chantier des rythmes scolaires. La semaine de 4,5 jours avait été supprimée par Nicolas Sarkozy et son ministre de l'Education de l'époque Xavier Darcos. Le ministre actuel souhaite revoir cette organisation du temps scolaire. Entre les intérêts des enfants, des parents et des collectivités locales, l'équation n'est pas simple à résoudre.

C'est notre « question de terrain » du mois. Marc Fesneau, président de la communauté de commune de Beauce et Forêt et Daphné Ract-Madoux, présidente d'une association de parents d'élèves nous donnent quelques éléments de réflexion.


Daphné Ract-Madoux, pouvez-vous nous dire quelles avaient été les conséquences, en 2008, de la fin de la semaine de 4,5 jours et la suppression du samedi ?

DRM : De mon point de vue de parent d'élève, je regrette la suppression de l'école le samedi matin qui a été très préjudiciable au maintien du lien social entre l'école, les parents et les enfants. En effet, beaucoup de parents travaillent tard le soir et ne peuvent rencontrer les professeurs et les autres parents à la sortie des classes. Les samedis d'école permettaient ces échanges très importants.

Pour les enfants, ce passage à la semaine de 4 jours a bousculé leurs rythmes hebdomadaires et ces 4 jours concentrent trop d'heures et d'efforts journaliers.



Le bilan de la réforme est plutôt mauvais, que pensez-vous donc de ce retour à une semaine de 4,5 jours et des propositions de Vincent Peillon ?

DRM : Revenir à 4,5 jours est bénéfique pour le rythme scolaire hebdomadaire des enfants qui s'épanouissent dans des rythmes régulés et allégés. Mais le choix du mercredi ou du samedi matin pourrait se discuter. Le rythme scolaire doit également être repensé annuellement en réduisant par exemple les vacances d'été, ce qui ce fait déjà dans certains secteurs en France. Il est important de s'appuyer sur les nombreuses expérimentations et pratiques qui marchent et ont été mises en place. Un autre point positif est le maintien du soutien par les professeurs, hors temps scolaire, aux élèves en difficultés qui s'est révélé être un outil d'anticipation et de réduction des inégalités au sein de la classe.



Marc Fesneau, le ministre de l'éducation nationale a auditionné les associations d'élus sur ce sujet. Vous avez participé à cette audition :
Qu'avez vous dit au ministre et quelles sont les questions qui vous préoccupent en tant qu'élu local ?


MF : Premièrement que ce projet de réforme recueille plutôt un avis favorable des élus, des équipes enseignantes et des parents dans nos territoires. En second lieu que les collectivités sont ouvertes et prêtes à jouer le jeu. Parce qu'il en va de l'avenir de nos enfants.

Cette réforme conduit inéluctablement à renforcer le rôle des collectivités, à mieux intégrer les autres acteurs de l'éducation au sens large puisque pour près de la moitié de la journée, les élèves seront sous la responsabilité d'équipes non enseignantes. C'est donc l'occasion inespérée de décloisonner des acteurs qui se parlaient sans doute insuffisamment. Cette convergence, cette nécessité de coopération, est la condition de la réussite, y compris en termes de mode de fonctionnement : nous ne pouvons plus avoir des règles différentes d'encadrement des enfants.

Ceci étant, la question financière reste centrale pour rendre "faisable" cette réforme.

Enfin j'ai indiqué au ministre notre souhait que cette réforme ne s'applique pas dans un cadre rigide et qu'il convenait d'adapter ces rythmes tant aux besoins des enfants qu'aux réalités d'organisation locales.



Daphné, Marc, quelles seraient vos propositions pour résoudre la difficile équation du temps scolaire et concilier l'intérêt des enfants avec les autres contraintes ?

MF : Sans doute (pour faire lapidaire) cette réforme peut permettre de réfléchir à la globalité du temps de l'enfant. C'est à cela qu'il faut s'attacher. Le temps scolaire doit être réduit c'est inexorable c'est une réalité européenne, mais en même temps ce n'est pas le seul temps de la construction des enfants. Simplement il faut que cette nouvelle répartition des temps ne se fasse pas au détriment de l'enfant. Le véritable risque est que les enfants n'étant plus seulement pris en charge par l'éducation nationale des disparités territoriales ou sociales se renforcent. C'est à cela qu'il faut veiller.

DRM : On voit bien que cette équation est difficile à résoudre. En effet, le bien-être de l'enfant doit guider nos choix. Leur avenir est trop dépendant de ces premières années à la maternelle et au primaire.
Nos efforts doivent se concentrer sur cette période de fondation des apprentissages. L'idée même qu'une réforme pourrait se mesurer et évoluer sur 2/ 3 ans me paraitrait sain et constructif.
Plus de régularité, moins d'heures journalières, une plus grande concertation entre tous les acteurs de l'éducation, professeurs comme collectivités locales ou associations, une annualisation des rythmes sont autant de pistes à suivre, pour nos enfants.

Merci Daphné et Marc pour cet éclairage. Partagez cet article et débattez, échangez sur ces sujets sur les réseaux sociaux

Retour au sommaire

Ils sont les femmes et les hommes du mouvement, élu-es ou citoyen-nes engagé-es ils font le mouvement dans les territoires. Tous les mois nous leur donnons la parole.

Patricia Gallerneau

Depuis 2007, vous êtes de tous les combats électoraux (municipales, régionales, législatives) où puisez vous toute cette énergie à porter les idées du mouvement démocrate ?

En 2007 l'appel d'ouverture de F.Bayrou à rejoindre sa campagne «sans renier son identité, son passé» m'a interpellée et convaincue! Je suis fidèle à l'idée forte d'essayer d'en finir avec les affrontements de clans. Quant à l'énergie, je sais qu'on en trouve toujours lorsque l'on est persuadé d'être sur la bonne voie! Alors, chaque fois qu'il a fallu battre le pavé et les plateaux médias pour propager ces idées, j'ai été volontaire! Fini le sectarisme, le dogmatisme, un vrai renouveau pour une politique moins étriquée! J'ai porté les couleurs du MoDem aux législatives, puis aux municipales comme tête de liste à Pornichet, avec dans l'esprit de notre mouvement une liste plurielle qui a convaincu 28% des électeurs.. Ensuite aux élections régionales, Pays de la Loire, où nous avons relevé le défi, avec une superbe liste MoDem ! Nous existons maintenant dans le paysage politique, le MoDem, le centre libre est reconnu.

Au delà de votre engagement local à Pornichet quels sont vos combats politiques?

Je suis élue Conseillère nationale au titre de la Loire Atlantique et j'en suis ravie, d'abord parce que c'est un mandat interne reçu des militants, parce que je peux rencontrer les autres conseillers Modem de toute la France, et régulièrement monter au siège pour parler librement avec nos dirigeants, en Conseil. Ces liens sont très importants pour moi.
Par ailleurs j'ai été nommée responsable Anticor pour le 44, parce que je fais de la lutte contre la corruption, le cumul des mandats, les conflits d'intérêt une priorité pour une politique qui parle aux gens, qui puisse à nouveau convaincre, parce qu'elle sera redevenue irréprochable. Je précise que Anticor accueille des adhérents de toutes les sensibilités politiques et ses valeurs sont absolument compatibles avec notre mouvement!
J'ai aussi à cœur le combat de la réunification de la Bretagne avec le rattachement de la Loire Atlantique. Cela va dans le sens de la régionalisation que nous souhaitons, des régions plus grandes, plus fortes au sens économique et dont l'identité, la culture et la langue sont respectées!
Dernier combat et non le moindre, celui de la parité m'importe aussi beaucoup. Il ne suffit pas de dénoncer cette énorme anomalie, il faut se mouiller, s'engager et même quand c'est difficile pour nous mesdames, aller au combat électoral. C'est une des raisons fortes qui me font proposer ma candidature. Je suis persuadée que si on mettait en place un «statut de l'élu(e)», la vie politique serait plus facile pour nous les femmes au boulot, les mamans, les épouses...

2014, c'est bientôt ? Prête pour retourner au combat ?

2014, c'est l'année des municipales mais aussi avant, 2012 et 2013... Effectivement c'est bientôt et même tout de suite! Un mandat local cela se prépare. A Pornichet où je vis, nous sommes restés depuis 2008 en association et nous avons déjà commencé à travailler sur le projet que nous porterons pour notre ville! On ne décrète pas du jour au lendemain qu'on sera maire ou conseiller.Il faut s'investir dans sa ville dans le milieu associatif , les parents d'élèves, la culture, les sports ou autres. Il faut savoir de quoi l'on parle, connaître sa commune et y être reconnu. Reconnu pour mériter un bulletin de vote pour les valeurs qu'on porte. Il faut être ce que l'on dit... Nous avons commencé également à rencontrer les autres partis, les acteurs économiques et de futurs «colistiers» pour bâtir un projet et une liste de rassemblement qui ne sera pas forcément étiquetée politiquement par respect pour les différentes sensibilités. C'est une petite ville de 10 000 habitants et la politisation ne semble pas nécessaire, pour ne pas dire rejetée! Nous chercherons à rassembler autour d'un projet commun dans l'intérêt de la commune, au delà des aspects partisans!

Âge : 58 ans

Profession :
Contrôleur Principal des Impôts Ministère des finances

Engagements :
Conseillère Nationale Modem, Présidente de section. Présidente Association citoyenne. Responsable Anticor Loire Atlantique. Militante Bretagne Réunie.

Âge: 47 ans

Profession:
ingénieur agricole et Vigneron

Mandat:
Conseiller général du canton de Blaye, Maire-adjoint de Blaye

Xavier Loriaud

Vous avez été élu conseiller général du canton de Blaye (33) en 2008, pouvez-vous nous retracer votre itinéraire politique ?

Issu d'une famille où l'engagement dans la vie publique se perpétue de génération en génération, je me suis tout d'abord investi dans le syndicalisme agricole au cœur du vignoble des Cotes de Blaye où j'ai choisi de poser mes valises il y a vingt ans. Animé par les valeurs portées par la démocratie chrétienne, j'ai commencé à militer à la nouvelle UDF à partir de 1998. En mars 2001, j'ai vécu mon baptême du feu électoral à l'occasion des élections cantonales. En obtenant 48% des voix au deuxième tour de ces élections, les citoyens de mon canton m'ont adressé à l'époque un message porteur d'espoir et de changement pour le futur.
En mars 2008, inspiré par les valeurs du MODEM, dans le cadre d'une large alliance politique porteuse à la fois d'un projet humaniste et d'une véritable ambition de développement de notre territoire, j'ai été élu à quelques jours d'intervalle maire adjoint de la ville de Blaye (33) et conseiller général du canton de Blaye.

Quel doit être, selon vous, le rôle d'un conseiller général et comment envisagez vous votre mandat ?

Le rôle d'un conseiller général est multiple. Au sein d'un territoire rural comme le nôtre, le conseiller général est avant tout un élu de terrain au service de ses concitoyens. «Comme je me plais à le dire, je suis le réseau de ceux qui n'en ont pas». Le conseiller général est aussi un interlocuteur indispensable sur son canton. A ce titre là, ayant toujours à l'esprit ma devise «rassembler pour agir», j'entretiens des relations étroites avec les élus locaux et les milieux associatifs et économiques de toutes les communes afin de les aider à la mise en place de leurs projets. Enfin, au sein de l'assemblée départementale le conseiller général est le porte-parole des habitants et le défenseur des intérêts de son canton tout en ayant à l'esprit le sens de l'intérêt général en tant que représentant de tous les citoyens girondins.
Au sein du conseil Général, j'exerce mon mandat en dehors de toute considération partisane en soutenant les projets et les initiatives qui permettent d'œuvrer à une amélioration des conditions de vie pour les girondins et qui placent l'homme au cœur des projets d'aménagement, de soutien à l'économie et d'aide aux plus fragiles tout en veillant de près à une juste répartition des actions et des interventions en direction des territoires.

Au sein de la communauté de commune du canton de Blaye vous avez en charge le développement économique, quelles sont les actions concrètes que vous menez ?

Dès 2010, nous avons créé un service développement économique qui permet d'accompagner les entrepreneurs locaux lors de toutes les étapes de la vie de l'entreprise. Au vu de nos atouts, nous menons depuis quatre ans des actions de développement en direction de l'économie touristique en s'appuyant sur le patrimoine classé à l'UNESCO (Citadelle Vauban), la viticulture locale et l'estuaire de la Gironde. A ce titre là nous avons créé un E.P.I.C (Etablissement Public Industriel et commercial) dont j'assure la Présidence afin d'accompagner la professionnalisation de l'activité touristique. Parallèlement à cela, nous avons mis en œuvre une réflexion et des actions qui vont aboutir très prochainement à la création d'une maison de santé pluridisciplinaire et d'un pôle de service santé qui permettront de résoudre à la fois les problèmes de désertification médicale tout en développant l'économie de la santé sur notre communauté de communes et en confortant l'hôpital public de la ville de Blaye.


Retour au sommaire

Internet est depuis longtemps maintenant un moyen de propager le message des mouvements politiques de manière rapide. Pour être efficace, ce message doit être relayé par de nombreuses sources, et chaque militant a donc pour rôle de contribuer individuellement à cette démarche...

> Télécharger la fiche

Retour au sommaire

17 novembre - ILE-DE-FRANCE




Le Mouvement démocrate de l'Essonne organise un colloque ce samedi 17 novembre à Massy. Thème choisi: «Quels services publics, demain, pour les Essonniens?». Plusieurs élus (dont les maires de Massy et Janvry) et associations interviendront. Ouvert à tous.


Massy, Maison de la formation et de l'emploi, salles Galilée,
10 avenue du Noyer Lambert, de 14 h à 17 h 30.
Renseignements: modem-essonne.org

18 novembre - CENTRE

La 3e université démocrate du Centre se déroule le 18 novembre à Artenay, près d'Orléans. Deux grands axes:

  • Comment les collectivités locales peuvent être des partenaires des entreprises du Centre face à la crise? Ruralité et agglomérations urbaines sont toutes deux étudiées, avec Vanik Berbérian, président de l'association des maires ruraux de France, et Marc Fesneau, président de la communauté de communes Beauce et Forêt, et secrétaire général du Modem
  • Moralisation de la vie politique: les choses vont-elles changer? Avec la participation d'Eric Alt, représentant d'Anticor, vice-président du Syndicat de la magistrature

Parallèlement, des ateliers de formation sont proposés avec l'IFED pour préparer les municipales: comment monter un projet municipal, comprendre un budget...

Artenay, Musée d'art forain, de 9 h 30 à 17 h.
Renseignements: Franck Piffault -06.80.33.54.40 - franckpiffault@gmail.com

15 décembre - LANGUEDOC-ROUSSILLON

Le Mouvement Démocrate du Languedoc-Roussillon organise samedi 15 décembre un forum régional sur: «l'Economie Sociale et Solidaire, une économie alternative ou complémentaire aux modèles classiques». Peu et mal connue, l'économie sociale et solidaire devient une économie d'actualité: face aux impasses de certains modèles économiques dominants, elle représente aujourd'hui diverses formes de réponses alternatives aux nouveaux besoins sociétaux.

Parmi les intervenants: Chambre Régionale de l'Economie Sociale et Solidaire du Languedoc-Roussillon, Union Régionale de l'URSCOP, créateurs d'entreprises de SCIC (Société Coopératif d'Intérêt Collectif) et de sociétés sous statuts classiques.

C'est une journée d'échanges et de débats ouverts à tous, en présence de Christine Espert, Secrétaire générale adjointe du MoDem.

Castelnau le Lez, Palais des Sports Jacques Chaban-Delmas, de 9 h 30 à 17 h 30
Renseignements : Martine Plane – 06.63.18.57.74 - mart.plane@gmail.com

À suivre en janvier


12 janvier - Champagne-Ardenne - Forum démocrate

Retour sur les événements passés



Auvergne - Congrès interdépartemental de formation
organisé par le MoDem Allier.

À l'initiative de Christine Crost-Audin présidente du Mouvement Démocrate de l'Allier et d'une équipe à ses côtés, les représentants de 14 départements voisins, se sont réunis à Cosne d' Allier pour leur congrès interdépartemental de formation. Cette journée a permis aux participants de se former dans divers ateliers, animés par des intervenants expérimentés, sur de nombreux aspects électoraux et municipaux : communiquer efficacement, être interviewer, rassembler une équipe autour d'un projet, concevoir des documents de campagne, s'initier aux finances locales ou mener une politique sociale innovante. Les démocrates rassemblés ont pu aussi échanger autour de Marc Fesneau et de Christine Espert tant sur la situation actuelle que sur les enjeux pour des élus de pouvoir porter un projet et nos valeurs, au service des citoyens.
Une journée active et constructive de préparation des prochaines échéances électorales !

Retrouvez en vidéo quelques mots de Marc Fesneau et Christine Espert

http://www.dailymotion.com/video/xv4dyc_intervention-de-christine-espert-et-marc-fesneau_news#.UKU-zuMSVvd


Retrouvez sur la web radio 133b des interviews des intervenants à cette journée



N'hésitez pas à partager ces liens sur les réseaux sociaux !

http://www.133b.fr/index.php/emissions/la-volonte-dagir/viltais
http://www.133b.fr/index.php/emissions/la-volonte-dagir/manager-une-equipe
http://www.133b.fr/index.php/emissions/ca-se-debat/la-communication-politique
http://www.133b.fr/index.php/emissions/ca-se-passe-pres-de-chez-vous/comprendre-le-budget-de-sa-commune



Lorraine - Nancy : universités régionales réussies

Les 4es universités régionales du Mouvement Démocrate de Lorraine ont connu un beau succès le 21 octobre à Nancy, devant près d'une centaine de personnes. Réflexion sur l'Europe, sur l'économie de la Lorraine, sur la vie dans les quartiers ont permis des échanges riches. D'autres partis politiques avaient répondu à l'invitation, ce qui a permis de confronter les points de vue. La journée a été renforcée par la présence de Nathalie Griesbeck, députée européenne, de Yann Wehrling, porte-parole du mouvement, et de Christophe Grudler, de l'équipe nationale de Marc Fesneau.

En savoir plus : synthèse de cette journée sur www.modem54.org



Aquitaine - Grand succès du Forum Démocrate de Gironde !

Les Jeunes Démocrates de Gironde ont organisé fin octobre un grand Forum Démocrate à Lacanau. Cette journée de convivialité, ouverte à tous, a proposé deux temps forts : un Politico-Tweets le matin et un débat sur « Demain, quel Centre pour quels territoires, quelles France et quelle Europe » en présence de Christine ESPERT. Ces échanges et ce dialogue fructueux, tant virtuel qu'en direct, ont permis aux 70 personnes présentent, de débattre de l'évolution du Centre et de ses perspectives de partenariats, des prochaines échéances électorales municipales et européennes ainsi que du renouvellement politique. Une très belle journée qui a su montrer par son dynamisme, que si les temps sont compliqués, cette force collective est la garantie d'un bel avenir.

Retrouvez l'ensemble des photos, et résumé de cette journée très réussie !
http://www.modem33.com/index.php/grand-succes-du-forum-democrate-de-gironde/

Retour au sommaire

François Bayrou : "François Hollande a été convaincant et annonce une politique que nous attendions"

François Bayrou était l'invité de Preuves par 3, sur Public Sénat, mardi 13 novembre. Il a salué la conférence de presse de François Hollande, dont il estime qu'il a été "à la hauteur de la fonction" et "précis dans l'expression". Pour le président du Mouvement Démocrate, "ses propos confirment le changement historique de la politique gouvernementale"...

L'article complet:
http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/121114-bayrou-publicsenat.html

Prix Nobel de la Paix: l'Europe-Espérance

Denis Badré, Sénateur honoraire et maire de Ville d'Avray, a publié dans le quotidien La Croix le 23 octobre 2012 une tribune pour saluer l'attribution du Prix Nobel de la Paix à l'Union européenne.

L'attribution du Prix Nobel de la Paix à l'Union européenne sort de l'ordinaire. Ce n'est pas un 'militant' qui est récompensé mais une Institution et, qui plus est, une Institution actuellement trop souvent ciblée comme bouc émissaire de nos difficultés. Au point même que des Grecs qui vivent de vraies souffrances considèrent que rapprocher aujourd'hui les mots Europe et paix relève de la provocation...

Par son caractère extraordinaire, précisément, ce choix devrait plutôt nous provoquer à remettre beaucoup d'idées à l'endroit et à placer face à leurs responsabilités ceux qui dénigrent la construction européenne au bénéfice d'intérêts politiciens. C'est le moment de redire que ni l'euro, ni l'Europe ne sont à l'origine des dettes des États, l'Union européenne étant plutôt à la manœuvre pour accompagner les nécessaires redressements, circonscrire les incendies et empêcher leurs retours. Mais au-delà des mises au point qui s'imposent, ce choix ne nous conduit-il pas, bien plus profondément, à retrouver le caractère, lui-même hors normes, d'une construction européenne qui devrait continuer à nous émerveiller ?

Parmi les commentaires qui se multiplient, il fallait s'attendre à voir les détracteurs de l'Europe oser saisir cette occasion pour développer à nouveau leurs arguments même si ceux-ci n'ont aucun rapport avec la question de la paix. De son côté, le chœur de ceux qui se réjouissent de l'évènement souligne qu'après avoir été pendant des siècles le théâtre des plus horribles déchainements de violence, l'Europe est désormais un modèle de concorde intérieure et contribue à réduire les conflits extérieurs. Et c'est très bien !

Mais, appelés à revenir à l' « essentiel », allons plus loin encore. L'Europe n'est pas simplement un « instrument » de paix, aussi précieux soit-il... Elle est « essentiellement » paix. ! La finalité de la construction européenne est, en effet, le service de « valeurs » qui nous dépassent, d'abord la paix qui était la plus immédiatement réclamée au lendemain de la dernière guerre mondiale, mais aussi, avec elle, toutes les libertés qui sont au cœur de la Convention européenne des Droits de l'Homme.

L'intuition de Jean Monnet et Robert Schuman reposait sur l'idée très forte que « pour construire une paix durable, il faut apprendre aux hommes à travailler ensemble », dans le même esprit où, « pour que son sillon soit droit, le laboureur oriente sa charrue vers une étoile ». L'économie et la gestion du quotidien, le Marché unique et l'Euro sont tendus vers la paix, comme la charrue vers l'étoile !

Vaclav Havel, le grand dramaturge tchèque qui connut les prisons soviétiques avant de présider aux destinées de son pays redevenu libre, aimait répéter que l'Europe a un tel palmarès en matière de totalitarismes et de barbarie, de guerres et d'horreurs qu'elle n'a aucune leçon à donner au monde, mais qu'elle doit simplement diffuser un message d'Espérance : on peut revenir du pire....

Dans son principe quasi-transcendant, la construction de l'Union européenne est, par elle-même, ce message d'Espérance, ce message qu'attend notre monde assoiffé de paix et de libertés. C'est l'Europe-Espérance que le prix Nobel consacre de manière extraordinaire ! Et puisque l'Europe c'est nous, ce faisant, il remet chacun d'entre nous devant sa responsabilité face à la construction européenne.

Marielle de Sarnez : "la taxe sur les transactions financières devra bénéficier aussi aux pays en développement !"

Réagissant au feu vert de la Commission européenne à la mise en œuvre d'une taxe sur les transactions financières par dix des vingt-sept États membres de l'Union, Marielle de Sarnez a posé la question de l'affectation des recettes et souhaité qu'une part revienne aux pays en développement.

"Depuis plus de douze ans, nous -élus démocrates français et européens- portons cette idée d'un prélèvement direct d'une fraction infime des sommes échangées entre institutions financières. Je ne peux donc que me réjouir de l'annonce de cette future coopération renforcée dont la France fait partie", a souligné l'eurodéputée.

Selon elle, "taxer les transactions constitue une contribution équitable de la part du secteur financier à l'effort collectif". "En cette période de crise dans laquelle nous sommes, il s'agit d'un signal juste pour tous les Européens. Se pose maintenant la question de l'affectation des recettes", prévient la vice-présidente du Mouvement Démocrate.

"Pour la plupart des responsables politiques - Commission et Conseil-, le fruit de cette taxe doit alimenter directement le budget européen et permettre les investissements dans les domaines de la recherche, ou de l'industrie verte et des énergies renouvelables. Cette idée de doter l'Europe d'une ressource propre et stable, nous la portons également depuis longtemps. L'Europe gagnera ainsi en autonomie et en transparence", a détaillé Marielle de Sarnez.

"Mais pour nous il est crucial qu'une part de ces nouvelles ressources revienne également à l'aide aux pays en développement afin d'exercer la nécessaire solidarité entre les pays développés et ceux qui sont dans d'immenses difficultés", a conclu Marielle de Sarnez.

Marielle de Sarnez : "Rapport Jospin, un grand nombre d'avancées positives"

Marielle de Sarnez a salué vendredi 9 novembre les propositions présentées par Lionel Jospin en vue de rénover et moraliser notre vie publique. Pour la vice-présidente du Mouvement Démocrate, il faudra toutefois "approfondir la réflexion" pour aboutir à "des orientations plus nettes".

L'article complet:
http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/121109-sarnez-commission-jospin.html

François BAYROU : "Barack OBAMA a su montrer que l'on pouvait construire un avenir crédible"

François Bayrou, président du MoDem et coprésident de l'Alliance Mondiale des Démocrates (AMD), a vu mercredi dans la réélection de Barack Obama un "signe d'espoir pour le monde".

L'article complet:
http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/121107-bayrou-obama.html

François BAYROU : "Le Président de la République doit maintenant sonner la mobilisation générale"

Invité de BFMTV et RMC, lundi 12 novembre, François Bayrou a estimé que les décisions qui découlent du rapport Gallois et celles qui devraient faire suite aux conclusions de la commission Jospin constituent "une chose très positive et peut-être même un changement historique de politique".

L'article complet:
http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/121112-bayrou-BFMTV.html

Marc FESNEAU : À l'occasion de sa venue pour participer au Congrès interdépartemental de l'Allier le 21 octobre dernier, Marc Fesneau, le secrétaire général du Mouvement Démocrate, s'est entretenu avec la presse locale.



En quoi consiste cette journée?

Il s'agit d'une journée interdépartementale de formation et d'échanges comprenant sept ateliers, pour discuter de choses de fond et proposer une formation de coaching municipal. Le but est de préparer nos candidats et sympathisants aux prochaines échéances électorales, notamment européennes. Il y a un peu plus de soixante personnes d'Auvergne et des départements limitrophes, c'est un vrai moment de rencontre pour les uns et les autres.



Ce type de rencontre va-t-il se développer?

Nous voulons les développer dans les vingt-deux régions, pour nouer des contacts et ancrer notre mouvement sur le territoire, développer des idées, travailler sur le fond...



Où en est le MoDem depuis les dernières élections?

Il y a eu la présidentielle, puis les législatives, assez difficiles.. Pour les législatives, la bipolarisation est à l'œuvre de manière très forte.



Lors du second tour de la présidentielle, François Bayrou avait annoncé qu'il voterait François Hollande...

En disant cela, il a fait une chose en rupture avec l'UDF des quarante dernières années. Sa prise de position de 2012 a été un peu décalée par rapport à ce qu'a été ou pouvait être l'histoire de ce mouvement. Mais il l'a fait pour des motifs très particuliers; il a mis en garde contre le programme économique de Hollande mais il a également dit que la politique de Sarkozy recherchait la division, les boucs émissaires, la division du pays... François Bayrou estimait que le pays irait dans le mur si on se retrouvait avec un chef d'État qui cherchait l'antagonisme.



Jean-Louis Borloo participe aujourd'hui à l'assemblée constituante de son nouveau parti, l'Union des démocrates et indépendants (UDI)...

Jean-Louis Borloo dit qu'il veut recréer l'UDF du XXe siècle. Je ne suis pas sûr qu'on recrée aujourd'hui ce qui existait. De plus, il dit qu'il est en opposition par rapport aux socialistes et allié à l'UMP. De notre côté, on cherche à créer des ponts et dépasser ces clivages. La compétition à droite n'est pas notre ligne. La question de fond, c'est de savoir comment on répond aux besoins du pays. Il n'a pas besoin de la création d'un énième parti politique.

Retour au sommaire

Mouvement Démocrate • 133bis, rue de l'Université 75007 Paris • 01 53 59 20 00