Vous pouvez visualiser l'intégralité de ce message en suivant ce lien
N°4 janvier 2013

Chers amis,

Vous trouverez ci-dessous le numéro 4 de cette newsletter terrain.

En ce début d'année, et puisqu'il en est encore temps permettez moi de vous souhaiter, à chacune et chacun d'entre vous une belle et heureuse année. Que 2013 soit, malgré les difficultés, les préoccupations et les responsabilités, une année enrichissante et heureuse et qu'elle vous apporte son lot de bonheurs et de joies partagés.

Collectivement, pour notre Mouvement, cette année 2013 doit être l'année de la construction avant les importantes échéances électorales de 2014. C'est à cette tâche que nous nous sommes attelés dès après nos universités de rentrée avec l'équipe que j'ai l'honneur d'animer, tirant enseignement de ce que vous nous aviez dit.

Améliorations de notre lien avec vous, détection des ressources humaines, évolutions de notre communication, développement des outils militants, appui et soutien aux initiatives, préparation des élections municipales et européennes, tels sont les chantiers ouverts et qui doivent guider nos actions en interne. Ce travail doit être amplifié et approfondi.

Mais tout cela n'a d'intérêt que pour servir un projet politique.

Alors que notre Pays traverse une crise profonde force est de constater que les logiques d'affrontement sont pleinement à l'œuvre, offrant le spectacle désolant d'une classe politique qui se déchire souvent sur le superficiel quand il faudrait se concentrer sur l'essentiel.

Quand il faudrait rassembler, on clive. Quand il faudrait dépasser les clivages chacun se retranche dans son camp avec la certitude d'avoir raison. Quand il faudrait aborder avec lucidité et pragmatisme les questions et défis on répond par la feinte ou par le dogmatisme.

C'est contre cette facilité que nous luttons chaque jour, pour faire avancer le pays.

C'est un chemin exigeant, parfois difficile, mais c'est aussi pour cela que nous sommes et pouvons être entendus mais aussi respectés.

Rien de tout cela ne serait possible sans liberté et indépendance ; c'est ce qui peut nous permettre de prendre notre pleine place dans la vie démocratique française et c'est ce qui donne crédit à notre voix.

Soyez fiers de défendre au travers de notre mouvement démocrate un idéal et un projet si spécifique et si différent et qui n'a d'autre ambition que le redressement tant attendu du pays.

Bonne lecture

Marc Fesneau
Secrétaire Général



Suivez l'actualité

Mouvement Démocrate :


François Bayrou :



Ont participé à la rédaction
Daphné Ract-Madoux, Maud Gatel, Erwan Balanant, Pierre Braun, Christophe Grudler, Nicolas Schmit, Christine Espert

Soutenir l'Europe au cœur de nos territoires !

Témoignage de Christophe Grudler, conseiller général et conseiller municipal de Belfort

Vous avez fait valider par le conseil municipal de Belfort une motion se félicitant de l'attribution du prix Nobel de la Paix à l'Europe. Pourtant la Ville de Belfort n'est pas connue pour être particulièrement pro Europe ?

Belfort porte malheureusement une longue tradition de lutte contre l'Europe. Les héritiers de Jean-Pierre Chevènement, qui pilotent aujourd'hui la mairie, sont sur cette ligne. Selon eux, tout ce qu'apporte l'Europe est mal, et lorsque nous obtenons des subventions européennes, ils nous expliquent que ce n'est que le juste retour de subventions venant de l'Etat français.

Pourtant, défendre l'Europe à Belfort, située géographiquement au cœur de l'Europe, cela a du sens, non ?

Oui, Belfort est situé à peu de distance de l'Allemagne et de la Suisse, entre Vosges et Jura, entre Alsace et Franche-Comté. Son histoire a été marquée par des guerres entre peuples européens. C'est pourquoi les élus du Mouvement Démocrate défendent l'Europe à Belfort. Nous le faisons avec ceux d'autres partis qui y croient également : une partie du PS, une partie de l'UMP, et l'UDI.

Comment faire voter une motion par le conseil municipal lorsque l'on se sait minoritaire ?

Stratégiquement, je savais que le sujet était polémique entre les membres de la majorité municipale...et qu'il y avait peut-être une brèche dans laquelle nous pourrions nous engouffrer. C'est ce qui s'est passé.

J'ai avancé des éléments très consensuels pour dire que, dans notre Ville marquée par les guerres, cela avait du sens de se réjouir de ce prix Nobel de la Paix, à l'heure du Centenaire de la guerre de 1914-18 auquel se prépare Belfort comme d'autres villes.

J'ai rappelé que des villes socialistes comme Besançon et Strasbourg avaient organisé des fêtes populaires pour célébrer officiellement cette attribution du prix Nobel, et qu'à Belfort cela avait été silence radio, et que c'était bien dommage.

J'ai enfin dit que l'Europe n'était pas parfaite, qu'il y avait encore beaucoup d'efforts à mener pour qu'elle soit plus juste, plus solidaire, mais que son travail pour la paix était une première pierre essentielle sur ce chemin, et qu'il était notre devoir, pour nos anciens et nos plus jeunes de la soutenir de toutes nos forces.

Et cela a suffi ?

Non évidemment. J'ai été pris à partie par des élus communistes et Lutte Ouvrière, qui ont grossi le trait et choqué une partie des autres membres de la majorité. Ils niaient la contribution de l'Europe à la Paix, car pour eux « l'Europe c'est la guerre du capital contre les plus pauvres » et ils ont affirmé que « des armées néo-coloniales venues d'Europe interviennent partout dans le monde ».

Le maire a aussitôt vu le danger d'explosion de sa majorité municipale. Il a dit qu'il ne participerait pas au vote car il voyait cela comme une « manipulation » consistant à fragiliser son équipe. Sa majorité a pris cela pour une consigne de vote : 30 conseillers MRC et PS ont refusé de voter. 5 ont voté contre, et 11 ont voté pour (toute l'opposition Modem , Ump, Nouveau Centre). La motion s'est donc trouvée adoptée, devant un maire de Belfort médusé.

Y aura-t-il une suite ?

Oui, clairement à Belfort, comme dans la plupart des villes de France, les élus du Mouvement Démocrate peuvent être identifiés en assumant notre attachement au projet Européen. Ils peuvent s'appuyer sur leurs députés européens et leur équipe. Ils doivent trouver des thèmes concrets et quotidiens qui peuvent sensibiliser leurs concitoyens. C'est ce que nous allons continuer à faire à Belfort : ce sera un élément fort des élections municipales de 2014.

Retour au sommaire

Profession :
Conseillère régionale d'Aquitaine
Engagements :
Présidente de Bazas Culture
Mandat:
Conseillère municipale à Bazas

Sophie Mette

Sophie Mette, suite à la démission d'Evelyne Vicente qui souhaite se concentrer sur ses missions municipales, vous allez devenir conseillère régionale.
Quel a été votre parcours politique avant les élections régionales de 2010 ?

Avant cette élection j'ai été élue municipale.
En 2001, j'ai été élue de la majorité dans la commune de Bazas. J'ai occupé la fonction d'adjointe à la Culture, au Tourisme et au Patrimoine.
Cette fonction m'a passionnée. Bazas est une petite ville de 5000 habitants où le Patrimoine est très présent. La Cathédrale de Bazas est classée au Patrimoine mondial de l'Unesco dans le cadre des Chemins de Saint Jacques de Compostelle.
Le travail en équipe avec l'office du tourisme a aussi été très enrichissant. Et bien sûr, gérer les affaires culturelles de la ville a pour moi été un vrai bonheur : nous avions pu faire venir Annie Girardot entre autres.
En 2008, j'ai mené une liste aux municipales. Malheureusement, nous avons perdu avec 106 voix d'écart.
Donc aujourd'hui, je suis conseillère municipale d'opposition.

Pour vous, et comme pour de nombreux militants du Mouvement Démocrate, l'engagement associatif et bénévole est primordial, pouvez-vous nous expliquer comment on réalise le passage de l'associatif vers le politique ?

Ce qui m'a permis de "démarrer" en politique, c'est mon travail dans le milieu associatif, aussi bien dans une association de Parents d'élèves que dans des associations culturelles. L'association est au coeur de la cité, on s'y implique on y crée du lien social, et sans que l'on s'en aperçoive on fait de la politique au sens premier du terme. Et c'est ainsi que tout naturellement quand l'ancien maire m'a proposé en 2001 de venir travailler au service de notre petite ville j'ai dit :oui.

Aujourd'hui, je continue encore ce bénévolat qui représente pour moi un réel engagement citoyen. Je suis présidente de 2 associations dont l'une gère le cinéma et l'autre gère diverses activités culturelles (chorale, théâtre, broderie peinture...).

Une ville n'est rien sans ses associations et ses bénévoles...

Comment envisagez-vous votre mandat à la région ?

Je n'ai pas encore pris la mesure de ce nouveau "poste", mais ce que je sais, c'est que le mettrai à profit pour aider mes concitoyens et dans la mesure de mes moyens les aider soit à monter des projets, soit suivre leurs dossiers.

Interview de Sophie Mette dans « Sud Ouest » du 11/01/2013
http://www.sudouest.fr/2013/01/11/sophie-mette-entre-au-conseil-regional-930477-710.php

Âge : 24 ans
Profession :
Cadre à la banque de France
Engagements :
Fondateur de Youth democraty
Mandat:
Président national des jeunes démocrates

Thomas Friang

Thomas vous venez d'être élu à la tête des Jeunes Démocrates. Pouvez-vous nous retracer votre parcours politique ?

J'ai adhéré à l'UDF en novembre 2006, dans les prémices de la campagne présidentielle de François Bayrou. J'ai voulu rejoindre ce courant politique émergent, le courant démocrate, car il s'avérait être le seul soucieux du temps long : je n'avais alors que 18 ans, et j'étais inquiet de la dette économique, sociale et environnementale qu'on pouvait me léguer à mon arrivée dans la citoyenneté.

J'ai tout de suite milité dans l'équipe de la campagne présidentielle à Metz, puis pour les législatives. C'est sur cette base que ma responsabilité de secrétaire des JDEM57, puis de président des JDEM57 et délégué pour les Young Democrats for Europe s'est construite...

Dans la situation qui est celle du MoDem aujourd'hui, l'élection nationale des jeunes m'a paru être non seulement l'occasion de faire un tour de France pour remobiliser de nombreuses troupes, mais également l'opportunité de renforcer notre identité politique, comme vaisseau amiral de ce fameux courant démocrate, avec des idées percutantes et assumées. Ce défi m'a motivé à construire une équipe déterminée, qui a été élue le 15 décembre, celle des iDémocrates.

Votre engagement politique et associatif ne se fait pas au détriment de votre carrière professionnelle. C'est important pour vous cette vision de la politique connectée dans le monde professionnel ?

C'est déterminant ! Je réclame autant l'autonomie politique du MoDem que mon autonomie individuelle en tant qu'homme. C'est la même racine humaniste. Je ne pouvais concevoir mon engagement politique sans qu'il soit équilibré par le travail et d'autres formes d'engagements.

Pouvez-vous nous rappeler l'organisation des Jeunes démocrates ?

Le Bureau National comporte 30 membres, qui sont élus par un scrutin de liste. Pour déposer une liste, il y a un premier tour très exigeant qui nécessite de réunir des militants de plus de 13 régions. Notre équipe portait en l'occurrence plus de 19 régions !

Lors de sa première rencontre, le week-end des 19 et 20 janvier, le Bureau National va adopter son organigramme définitif. Mais conformément au projet qui nous a valu la confiance des militants, il sera composé, en plus du Secrétaire Général et du Trésorier qui existent par les statuts, de deux vice-présidents (un porte-parole et un coordinateur du projet) et d'un directeur de la communication ainsi que d'un directeur événementiel.

Quelle va être votre méthode pour animer et faire vivre le mouvement jeune ?

L'enjeu de notre mandat est clairement de préparer les municipales et les européennes. Ce travail préparatoire devra également se faire dans la perspective des sénatoriales et des territoriales, sans quoi, nous risquerions de marquer des points au premier round pour mieux en perdre au deuxième.

Compte tenu de cette ambition qui est avant tout territoriale, nous allons investir notre énergie pour accompagner au mieux les fédérations dans leur travail de terrain : une communication nationale soucieuse des réalités locales, un travail en réseau avec les fédérations pour la base programmatique, de la formation militante et thématique pour accompagner la préparation des équipes, et une vaste campagne d'adhésions.

Comment envisagez-vous votre participation au travail programmatique pour les échéances électorales à venir ?

Notre slogan de campagne était « pas de politique sans les idées », vous avez donc parfaitement compris que nous comptons peser sur le discours politique et l'ambition programmatique du MoDem. Nous avons annoncé que deux chapitres nous tenaient particulièrement à cœur, car dans les deux cas, il s'agit de penser dans le temps long.

Premièrement, la refondation d'une démocratie moderne : de l'Europe fédérale à une structure en régions fortes, quitte à supprimer les départements, et à engager une réelle démocratie locale dans les intercos, nous souhaitons que nos institutions soient revisitées au jour de trois principes. Une démocratie où les tenants du pouvoir sont réellement les tenants de la légitimité populaire. Une démocratie dont le budget n'est pas explosif au détriment des générations futures, principalement à cause d'un empilement maladroit de structures passées. Une démocratie dont les politiques publiques sont plus efficaces grâce à une organisation moderne. S'il faut une révolution européenne comme il y a eu la révolution française, pour arriver à cette ambition...

Deuxième pilier, c'est la recherche d'une réelle politique de développement durable. Une économie compétitive, assumant la solidarité nécessaire à toute Nation en crise, sans se faire au détriment de notre environnement. La crise a laissé croire à trop d'Européens que cette révolution là appartenait au passé. A l'occasion des européennes et des régionales en particulier, nous devons raviver la nécessité de penser autrement, pour garantir notre qualité de vie.

s deux chapitres sont éminemment interconnectés : il n'y aura pas de réelle politique de développement durable sans repenser nos institutions. Sans cette démocratie moderne, impossible de mieux défendre notre modèle de société dans la mêlée mondiale tout en rapprochant la politique des territoires

Interview de Thomas Friang publiée dans la Croix le 31/12/2012
http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/130107-friang-lacroix.html

Retour au sommaire

La bonne pratique du mois :
Comment réussir son porte-à-porte ?
Par Christophe Grudler

> Télécharger la fiche

Action remarquable, proposée par Pierre Touzel (président MoDem Canada) et Olivier Nataf (adhérent MoDem USA)...des outils à diffuser très largement, à utiliser pour susciter le débat et la réflexion dans les équipes, dans les cafés démocrates... Des mots qui font notre singularité et notre force ! À utiliser par tous et pour tous sans modération !

> Télécharger la fiche

Vous avez jusqu'à la fin du mois pour envoyer vos voeux militants pour cette année 2013 grâce à notre carte de voeux à télécharger ici.

Retour au sommaire

19 janvier - Champagne - Ardenne

NOS COMMUNES, DEMAIN ?

En présence de Marc Fesneau, secrétaire général du Mouvement Démocrate.

Parce que nous souhaitons créer un espace de réflexion entre la société civile et le monde politique, sans œillères, ni a priori, nous organisons depuis trois ans un temps spécifique de rencontres et d'échanges : Le forum démocrate. Nous y avons reçu des chefs d'entreprise, des élus, des militants associatifs, des syndicalistes, des représentants d'organisations patronales. Leur point commun : la volonté d'instaurer un dialogue et un échange fondés sur les valeurs humanistes de la "res publica".

Cette année, la démarche participative de ce forum, revêt un intérêt tout particulier au regard de l'évolution des compétences des diverses collectivités et des incertitudes liées à la prochaine loi de décentralisation.
Engager ensemble une réflexion de fond sur l'avenir de nos communes, de nos communautés de communes et plus globalement de l'avenir de nos territoires nous paraît pertinent.

Grâce à son format ouvert, cette journée nous permettra d'écouter des acteurs de terrain engagés dans des champs divers en lien avec la politique communale et intercommunale : développement économique, transports, santé, culture, logement, démocratie locale... Elle sera l'occasion de croiser leurs visions différentes du territoire, mais aussi de croiser leurs points de vue sur différents territoires.

Bâtir des projets municipaux et communautaires cohérents nécessite de se mettre à l'écoute de ceux pour qui l'aménagement du territoire, la création de richesse, le lien social sont des préoccupations quotidiennes.

Cette journée, conçue comme un véritable laboratoire, pourra être le tremplin de notre réflexion dans l'objectif des prochaines municipales.

le Samedi 19 JANVIER 2013 de 9h00 à 1h00
Place de Verdun à Châlons-en-Champagne

Plus d'informations sur le programme, les participants : cliquez ici

26 janvier - Hérault - Languedoc-Roussilon

L'Économie Sociale, l'Économie Solidaire :
de quoi parle - t-on ?

Une économie alternative ou complémentaire aux modèles classiques ?

A l'instar des Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) et des Chambre des Métiers et de l'Artisanat (CMA), les organisations de l'Economie Sociale se regroupent au sein des Chambres Régionales de l'Economie Sociale (CRES).

Ainsi, les mutuelles, les coopératives et les associations, se rassemblent dans les CRES.

Toutes ces organisations économiques ont leur spécificité et ont des modes de gouvernance et de management différents des systèmes économiques classiques.

Leurs valeurs et leurs pratiques managériales sont-elles un modèle et une réponse face à la crise ? Quels services apportent les CRES à ces entreprises ?

Le MoDem régional Languedoc-Roussillon vous invite à participer à une journée d'échanges et de débats sur l'Economie Sociale qui, dans notre région, a un fort poids économique et qui reste malgré tout un secteur encore peu connu dans sa structuration, en présence de responsables économiques et associatifs régionaux, Guy BARBOTEU président de la CRES LR (Chambre Régionale de l'Economie Sociale du Languedoc-Roussillon), de Marc FESNEAU secrétaire général du Modem et de Christine ESPERT, Secrétaire générale adjointe .

le 26 janvier 2013 de 9h30 à 16h30
Castelnau le Lez - Hérault Languedoc-Roussilon

Télécharger le programme en cliquant ici

2 Février - Haute-Vienne

Maintenir et développer l'emploi en Limousin

Un représentant local de la CFDT, de la CGPME, et un professeur d'économie sont sollicités pour y participer. Ce débat aura lieu le Samedi 02 Février à partir de 10H30 au Buffet de la gare de Limoges.

le 2 Février 2013 à 10h30
Buffet de la gare de Limoges

Retour sur les événements

Paris - Forum des élus le 13 décembre 2012

Le dernier Forum des élus parisiens s'est tenu le jeudi 13 décembre 2012. Lors de ces rencontres, les élus du Mouvement Démocrate de Paris - Jean-François Martins, conseiller de Paris, Marie Auffret, Violette Baranda, Béatrice Lecouturier et Hervé de la Moissonnière, conseillers d'arrondissement - reviennent sur l'actualité parisienne et leurs prises de position, tant au Conseil de Paris que dans les conseils d'arrondissement. Urbanisme, déplacements, cadre de vie, autant de sujets qui font l'objet d'échanges réguliers avec les adhérents et sympathisants du Mouvement Démocrate, permettant aux élus d'exposer leur travail quotidien au service des Parisiens et aux adhérents de partager leurs préoccupations et propositions.

A moins de 18 mois des échéances municipales, le Forum des élus du 13 décembre a marqué le lancement du travail sur le projet que portera le Mouvement Démocrate. A cette occasion les sympathisants du Mouvement Démocrate ont, avec leurs élus, dessiné les premiers contours du programme du MoDem pour Paris. Une ville durable et pacifiée, qui intègre ses habitants au lieu de les exclure. Une capitale qui aura retrouvé sa créativité et sa vocation universelle et européenne. Une métropole solidaire qui saura porter un modèle de développement nouveau plus démocratique, plus moral et plus respectueux de l'environnement et des générations futures.

Ce travail programmatique se poursuit et sera décliné, arrondissement par arrondissement, avec les élus et les responsables du Mouvement Démocrate de Paris.

Sans attendre, une grande partie des préoccupations des adhérents et des Parisiens seront défendus dès début 2013 par Jean-François Martins au Conseil de Paris sous forme d'amendements et de vœux.

Meurthe-et-Moselle - 21 décembre 2012

Un café-débat pour échanger sur la moralisation de la vie politique le 21 décembre 2012

La divulgation du rapport de la commission Jospin qui comprend 35 propositions réunies sous le titre « Pour un renouveau démocratique », a remis la question de la moralisation de la vie publique, chère au Mouvement Démocrate, au cœur de l'actualité politique.

Les jeunes Démocrates de Moselle ont souhaité revenir sur cette question essentielle en organisant un débat, le 21 décembre 2012 à Nancy, autour de la question « La vie politique va-t-elle changer grâce aux seules recommandations de la commission Jospin ? ».

Le débat, qui réunissait plusieurs représentants de différentes formations politiques, fut riche et les participants, nombreux, ont pu échanger sur les questions centrales pour notre vie publique : interdiction du cumul des mandats, introduction d'une dose de proportionnelle aux élections législatives, mise en place d'un parrainage citoyen pour les candidats à l'élection présidentielle, proposition de refonte du collège électoral sénatorial visant à équilibrer la représentation démographique, etc.

Les jeunes Démocrates ont souligné que les propositions du rapport de la commission Jospin étaient nécessaires, tout en regrettant qu'elles n'aillent pas plus loin. Ils ont notamment rappelé la position que François Bayrou et le Mouvement Démocrate n'avait de cesse de défendre visant à exiger un fonctionnement des institutions de la République selon les principes de séparation des pouvoirs, de légalité et de transparence qui fondent l'exercice de fonctions publiques.

Retrouvez quelques moments de ce débat en vidéo : https://www.youtube.com/embed/jOE-kBZWIio

MoDem Languedoc-Roussillon - le 15 décembre 2012

Forum démocratique et citoyen sur « Médecine et société : les défis du XXIe siècle » à Castelnau-le-Lez

Introduite par Martine Plane, conseillère nationale du MoDem, cette réunion a permis aux adhérents et sympathisants du Mouvement d'échanger avec des personnalités de premier plan sur les sujets brulants d'actualité liés à la santé et à l'organisation de notre système de soins :

Alain PRIVAT, docteur neurobiologiste et secrétaire de la commission de Bioéthique de l'Académie nationale de Médecine ;

François POULAIN, médecin généraliste et représentant de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF).

Les échanges ont souligné à quel point notre système, dont nous sommes à juste titre si fiers, est aujourd'hui à la croisée des chemins. La question de l'accès aux soins, tant financier que géographique, se pose aujourd'hui de manière aiguë. L'état des finances publiques, les évolutions de la technologie et le vieillissement de la population imposent de réfléchir à l'adaptation de notre modèle.

Lors de ce Forum, le pacte territoire-santé annoncé par la ministre des Affaires sociales et de la Santé, la révision probable de la loi relative à la bioéthique votée en 2011, l‘application de la loi Léonetti concernant la fin de vie, la coexistence de la médecine préventive et de la médecine curative, ont suscité débats et échanges avec les citoyens présents.

En conclusion, Christine ESPERT, secrétaire générale adjointe du MoDem, s'est réjouie de la qualité de ce Forum et a annoncé que les débats se poursuivraient en précisant que la prochaine rencontre, prévue le samedi 26 janvier 2013, serait consacrée à l'économie sociale et solidaire.

Retour au sommaire

Cette rubrique, nous permettra de vous proposer de manière régulière des articles, essentiellement issus de la blogosphère « le lab démocrate », que nous avons sélectionnés pour leur originalité, leur justesse, leur analyse.....
Nous vous invitons à surfer sur les blogs de la blogosphère « lab democrate » qui représentent une mine de réflexions, d'analyses....

Bonne lecture !

Lettre ouverte aux 7 millions d'électeurs qui ont voté François Bayrou en 2007

Blog - desmotscrates - http://www.desmotscrates.com/

Dans cette lettre ouverte, Olivier Nataf (vice président MoDem USA) s'adresse aux 7 millions d'électeurs de François Bayrou et les invite à un détour par la politique fiction pour mieux réaffirmer les valeurs et la contribution du Mouvement Démocrate à la vie politique de notre pays. « Au-delà même de François Bayrou, au-delà de l'élection présidentielle, je vous invite à soutenir le Mouvement Démocrate, le parti qui a porté les bons diagnostics et des solutions justes et équilibrées depuis le début ! » s'exclame le vice-président du Mouvement Démocrate aux États-Unis à l'adresse des électeurs passés et futurs de François Bayrou.

> Lire l'article

Devenez Conseiller(ère) municipal(e) !

Antoine Vielliard

Dans sa tribune « Devenez conseiller(ère) municipal(e), Antoine Vielliard invite ses lecteurs à s'engager dans la perspective des prochaines élections municipales. Le jeune conseiller municipal de Saint-Julien-en-Genevois et conseiller général de Haute-Savoie appelle de ses vœux des équipes municipales renouvelées, représentatives de la population, faisant une place plus importante aux femmes et aux actifs.
Afin que le citoyen soucieux de son territoire puisse devenir acteur dans la commune où il réside, qu'il puisse se prononcer sur les enjeux centraux d'urbanisme, de transports, de « vivre-ensemble » ou encore de cadre de vie, Antoine Vielliard propose un « mode d'emploi » au-delà même de son territoire à toutes celles et à tous ceux qui souhaitent participer davantage à la vie de la cité.

> Lire l'article

Retour au sommaire

Une question ? Une idée ? Une remarque ?
Du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 14h à 18h :
Accueil téléphonique au 01 53 59 20 00
Accueil physique au 133bis rue de l'université, 75007 PARIS